Comment devenir un(e) cavalier(e) écolo?

Bonjour à tous,
.
.
Aujourd’hui, je vous parle d’un sujet qui me tient à cœur et j’espère que vous y serez sensibles.
.

Pourquoi cet article? Autrement dit, pourquoi devenir écolo?

En quelques mots:

.
– parce que j’aime la nature et les chevaux
– pour les générations futures
– pour moi: pour être en accord avec mes convictions
.
Avant que vous lisiez cet article, je précise qu’en aucun cas je ne veux donner de leçon et juger les autres. C’est en quelque sorte une auto-critique que je fais là, comme souvent sur ce blog je partage avec vous ma vie.
J’ai constaté que malgré mon amour pour la nature et les chevaux, je suis une femme et cavalière consommatrice et pollueuse… Alors je souhaite vraiment changer!
.
.

Prise de conscience

.
J’ai toujours aimé la nature et les animaux mais je n’agis pas toujours et même pas souvent en leur faveur.
En effet, je consomme beaucoup de produits « anti-écolo » et je consomme beaucoup de choses qui ne me sont pas nécessaires.
Le marketing nous créé beaucoup de faux besoins en nous incitant à consommer toujours plus, donc à générer de la pollution (exploitation des ressources naturelles, fabrication, transport de marchandises, déchets).
Les reportages liés à la COP21, le site de la fondation Nicolas Hulot et le livre Zéro Déchet de Béa Johnson m’ont montré que par des actions individuelles nous pouvons améliorer le sort de notre planète.
.
Les politiques ne font rien, nous ne pouvons rien attendre d’eux. Alors c’est aux citoyens d’agir et pas mal d’entre nous ont déjà commencé.
.
Chacun de nous est responsable et comme le dit Béa Johnson : « consommer, c’est voter »!
.

.
Pourquoi je vous parle de tout ça sur ce blog? Quel est le rapport avec les chevaux?

.
Parce qu’à l’écurie, nous agissons comme chez nous et je me suis rendue compte que nous générons beaucoup de déchets et consommons à tout va.
Le monde équestre est un business qui ne fait pas exception et nous incite à consommer toujours plus.
.

.
Diagnostic de mes actions anti-écolo

.
J’ouvre mon casier et constate les faits… J’ai beaucoup de produits qui ne servent à rien! Et d’ailleurs, il y en a aussi en dehors du casier.
.
Voici une liste de mes mauvaises actions:
.
acheter un tapis chaque année: une petite fantaisie, chaque année je change de couleur. Du coup je me retrouve avec 5 tapis… Est ce vraiment utile? Non.
.
utiliser des lingettes: après avoir graissé les pieds qu’est ce que c’est pratique! En un geste, on nettoie tout et on sent bon! Oui mais l’eau et le savon aussi! Et on a toujours de l’eau dans une écurie, il suffit d’avoir un petit savon à coté du robinet ou dans son casier!
.
acheter tout un florilège de produits prometteurs dont ma jument se passerait bien: shampoings, démêlant, anti-insecte… Pas besoin d’en avoir des tonnes! Le démêlant est il vraiment indispensable?
.
avoir plein de produits de pharmacie peu utilisés
.
acheter des bonbons dans de petits sacs: c’est pas cher et Lambada adore! Mais Lambada aime aussi: le pain, l’herbe, les carottes, les pommes…
.
Je trouverai surement d’autres choses une fois cet article publié, la liste est probablement incomplète.
.
Je suis limitée par mon budget mais si j’avais eu plus de moyens j’aurais souvent craqué pour un tas d’équipements en tout genre comme un nouveau licol assorti à de nouvelles protec…
.
J’ajoute à mon triste palmarès qu’à l’époque où je faisais des concours, j’achetais souvent des sodas en canette, barquettes de frites, barres chocolatées vendues à l’unité, bref que des produits fortement générateurs de déchets!
.

.
Actions correctrices:

.
Arrêter d’acheter des tapis ou du matériel que j’ai déjà et bien entretenir ce que j’ai.
.
En effet, je n’ai besoin que de deux tapis: un avec des poches pour les ballades, un sans poche pour la carrière.
Je vous conseille de choisir des tapis foncés: mes tapis noirs et bleus marines sont comme neufs une fois nettoyés! Mon tapis bleu ciel est désormais bleu fade tacheté! Même chose pour les vêtements.
.
Ne plus utiliser de lingettes! Quel poison ces lingettes, leur impact polluant est énorme! Je m’étais pourtant juré d’en limiter l’usage, d’en acheter très peu. Mais très peu cela veut dire quoi? J’en utilise donc je pollue et au final à quoi ça sert?? Je peux très bien me laver les mains avec de l’eau et du savon!!!
.
Ne plus acheter de produits démêlants, shampoing spécifique chevaux gris, à la citronnelle, spray anti insectes.
Ils contiennent beaucoup de produits chimiques donc nocifs pour nos chevaux et sont vendus dans de petits contenants. Leur efficacité n’a rien de remarquable…
.
Utiliser:
Le savon noir est efficace et naturel! (voir l’article sur le savon noir)
Le vinaigre blanc dilué dans l’eau est efficace sur les taches des robes blanches et contre les insectes.
.
Donner des friandises de qualité sans emballage: pommes/carottes bio, dans l’idéal vendues en vrac, les restes de pain dur (en petite quantité).
Privilégier la qualité à la quantité: vos chevaux n’ont pas besoin de tonnes de bonbons ou de pommes pleines de pesticides!
Ils apprécieront d’aller brouter de la bonne herbe verte!
.
– Partager, donner, échanger du matériel et les produits de pharmacie avant qu’ils ne soient périmés!
.
Avant d’acheter se poser la question: « en ai-je vraiment besoin? »
Si oui, voir si je peux le trouver d’occasion. Si je préfère acheter neuf, privilégier les marques écoresponsables comme Cavaletic.
.
– Lors des déplacements emmener: gourdes, sandwiches et gâteaux maisons dans des Tupperware/contenants réutilisables.
Bannir les essuies tout,  mouchoirs en papier, sacs plastiques qui se retrouvent ensuite dans tout le centre équestre et les champs alentours! Tout ceci existe en tissus!
.

.
Les avantages d’être écolo:

.
– C’est bon pour la planète, pour vos chevaux, pour vous!
.
Imaginez tout ce qu’implique la surconsommation: baisse des ressources naturelles, industries polluantes, transports polluants, déchets polluants, gaspillage!!!
Vous pouvez participer à changer ce système!
.
Vous économisez de l’argent!
.
Plutôt que « d’avoir », vous allez « faire »: utilisez votre argent pour prendre plus de cours, faire des stages, etc…
.
– Vous allez vous simplifier la vie!
Ho je vous vois venir… ça demande quand même pas mal d’efforts tout ça! En êtes vous vraiment sûr? Mais non! Pensez au temps que vous gagnez à ne pas aller dans les magasins ou comparer les sites de ventes en ligne!
Préparer un petit repas la veille du concours est ce si embêtant? Vous évitez de faire la queue à la buvette, économisez de l’argent et mangerez plus sain!
Tout ceci n’est qu’une question d’habitude 😉
.
– Les palefreniers seront heureux d’avoir moins de poubelles à ramasser!!! 😉
.
.
J’espère avoir touché votre sensibilité, ce qui fait de vous que vous aimez les chevaux.
Les aimer c’est aussi respecter leur environnement et faire en sorte qu’ils puissent profiter de pâturages et d’un air sain, tout comme nous d’une nourriture, d’un air et d’une eau saine.
.
Mes lectures et reportages visionnés m’ont montré que la communication est la clé de réussite des mouvements citoyens.
.
Je suis convaincue que l’addition de plusieurs actions individuelles peut changer les choses dans le bon sens puisque nous y arrivons dans le mauvais.
.
J’espère de tout cœur que cet article sera commenté, partagé et visionné le plus possible pour qu’ensemble nous puissions changer les choses et agir en faveur de la planète!
.
.
A bientôt 😉
Publicités

23 réflexions au sujet de « Comment devenir un(e) cavalier(e) écolo? »

  1. Intéressant comme article ! C’est une bonne idée, on peut tous agir à notre échelle et dans toutes les situations ! On peut aussi faire attention à nos chemins de balades, pour ne pas perturber la faune et la flore. Revendre/donner son crottin aux agriculteur et jardiniers.

    Parfois je m’interroge aussi sur nos équipements tout en cuir… Le cuir, c’est beau, c’est résistant, ça s’adapte à la morphologie de chacun… Mais sa fabrication est aussi polluante et des animaux meurent pour ça… Alors serait-ce possible de passer à un équipement cheval (filet + selle) et cavalier (chaps et bottines) 100% synthétique ? Malheureusement, le cuir reste le matériel le plus utilisé et je suis pas sûre que les enrênements (par exemple) se trouvent dans d’autres matières…

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire 🙂
      En effet, nous devons nous montrer vigilants et respectueux des milieux naturels lors de nos promenades.
      C’est une bonne question pour les équipements en cuir… Mais le synthétique est peut être autant polluant si il est fabriqué avec des produits pétroliers… Difficile à dire. Je crois que le mieux qu’on puisse faire c’est d’en acheter avec modération et de bien les entretenir.

      J'aime

  2. Il est vrai qu’on ne se rend pas bien compte de la façon dont nous polluons et la quantité de déchet que nous produisons…
    Je suis également une grande consommatrice de lingette, mais pour part vue que je n’ai pas l’eau courante et donc de tout à l’égout je suis obligée de faire ainsi. Par contre je peux limiter ma consommation en arrêtant de les utiliser dans la maison juste par « flemme » d’aller me laver les mains.

    Nous sommes malheureusement conditionné pour acheter, et nous consommons beaucoup d’articles. Je me retrouve bien dans les tapis de selle, car j’en ai 4 pour une seule grosse. Il est temps de faire un grand tri!

    Un très bon article qui nous fait prendre conscience de bien des choses!

    Aimé par 1 personne

  3. B-R-A-V-O !!!!!!!!!!!!!
    cette remise en question est tellement juste !
    pour le matériel en cuir, je suis également comme vous : étant en plus vegan (je n’achète pas de chaussures et et sacs en cuir, je ne consomme pas de produits animaux et très peu de produits laitiers), j’ai souvent culpabilisé à l’idée d’acheter du cuir… ma solution : acheter d’occasion et uniquement si besoin !
    dernièrement, des chaps Dyon à 50€ au lieu de 140€ (il y en a des tonnes sur les sites de vente d’occasion)
    ce weekend, j’ai cassé mon filet… j’en ai ressorti un ancien, de la même couleur et j’ai changé les montants cassés.
    j’économise mon argent (même motivation : je préfère dépenser mon argent dans un cours qui va nous faire du bien à moi et ma jument plutôt qu’avoir un 4ème filet alors que j’en ai déjà 3 en kit 🙂 ), je ne participe pas à cet élan de surconsommation inutile (et qui, contrairement à ce qu’on peut croire, ne créera pas plus de chômage ou fera baisser la croissance ! au pire, un grand patron gagnera quelques dizaines de milliers d’euros en moins dans l’année….), je fais marcher l’économie circulaire et j’évite ainsi de créer des nouveaux déchets !

    et bien sûr, un immense merci pour le clin d’oeil à Cavaletic ! Dans ce même objectif de réduire la pollution due, entre autres, à l’industrie et à la fabrication de nos produits, nous sommes en recherche de matières recyclées pour un futur manteau…. à suivre dans quelques mois !! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ton article sonne un peu comme une bonne résolution pour l’année! Et une excellente résolution d’après moi.
    De mon côté j’essaie aussi de réduire les déchets (les sacs en toile remplace les sacs en plastique, ce qui ne plaît pas toujours aux commerçants) et un composteur au fond du jardin m’évite de jeter à la poubelle tous les déchets organiques. A chacun d’apporter sa pierre à l’édifice 🙂
    As-tu pensé à essayer les lingettes lavables pour perdre l’habitude d’utiliser les lingettes jetables?

    Aimé par 1 personne

  5. Article intéressant qui fait réfléchir. Je ne suis pas dans l’optique du trop plein d’achats (n’ayant pas encore de cheval, je ne vois pas l’intérêt d’investir dans divers produits et matériels (même si je dois avouer que j’ai investi dans un peu de matériel de pansage que j’utilise finalement assez peu…)) mais je suis sûre que je pourrai tomber dans ce travers quand je deviendrai propriétaire.

    Pour limiter l’achat de produits plein de cochonneries, on peut trouver pleins de recettes de démêlants, anti-mouches…. sur internet, ce qui peut aussi être une bonne alternative, même si ça peut demander un peu plus de temps que de mettre un flacon dans un panier…

    Aimé par 1 personne

    1. en effet, le DIY pour les répulsifs est super facile !
      vinaigre de cidre, huiles essentielles de citronnelle et de géranium, dilué avec de l’eau et les moustiques s’éloigneront !
      pas testé sur les plus gros insectes (type taons) et pour les mouches, ce n’est pas probant…
      bonne soirée !

      Aimé par 1 personne

  6. en réponse au commentaire précédent, plutôt que le synthétique il faut préférer le biothane, plus souple et agréable, plus résistant et je crois bien moins polluant à produire 😉 (mais il n’y a que des filets licols, etrivières, collier de chasse que l’on peut trouver dans cette matière)

    Aimé par 1 personne

      1. Le biothane, c’est la matière avec laquelle on fait les filets de toutes les couleurs 😀 C’est souvent la matière utilisée pour les bridons-licols d’endurance (marques: Podium et Zilco). Mais je ne savais pas que c’était moins polluant à produire. Merci Zmu38 pour m’avoir trouvé une excuse supplémentaire pour acheter un filet en couleur, et à Julie pour avoir lancé la discussion 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Il y a les marques comme podium ou zilco qui font cette matière qui est bien plus souple et solide que le synthétique des bridons Norton par exemple. Et c’est bien plus confortable pour les chevaux et ça évite les blessures 😉

        J'aime

  7. Sympa ton article 🙂
    C’est drôle car j’applique déjà presque tous tes conseils. Je fais la plupart de mes produits moi-même à base d’ingrédients naturels bio, je prépare mes pic-nics moi-même pour les sorties. Niveau matériel, j’avoue que j’aime acheter, mais je revends souvent l’ancien aussi, du coup ça se compense car au final je ne jette rien (si ce n’est l’étiquette de prix). Par contre, lorsque j’ai trouvé le matériel parfait, souvent il m’accompagne des années, ça devient sentimental ^^
    En tout cas vraiment sympa ton article 🙂 j’espère qu’il en fera réfléchir plus d’un ! 😀

    Aimé par 1 personne

  8. J’aime les gens qui vont au bout des choses ! 🙂
    Je suis un peu pareille, je préfère la récup’, prendre soin de mon matériel pour le faire durer, faire moi-même les produits de soin pour ma louloute, etc… Question de principes tout ça, d’abord parce que je ne veux pas soigner mon cheval avec n’importe quoi pour sa santé, puis par rapport à l’environnement, tout simplement parce que sans notre belle nature, pas de belle balade ;).

    Des choses qui me tiennent à cœur tout ça, alors j’aime lire de tels articles !! 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Chouette article 😀
    ça fait quelques mois que je fais ma lessive et mon adoucissant maison 🙂 et ça va impec, même pour les trucs de cheval et ma machine est une « moyenne-bas » de gamme, ainsi que d’autres produits ménager. Je fais aussi les recettes du poneyblackandwhite pour la pourriture de fourchette. Je désinfecte les petits bobos de ma jument avec du vinaigre et y met du miel ou direct le mélange cité avant. J’essaye d’être un petit peu « zéro déchet » Je suis pas à fond mais je fais mes petits trucs et j’essaye surtout pour ma jument et ma chienne d’employer le plus possible des produits naturels.

    J'aime

    1. Merci 🙂 je suis ravie de découvrir ton blog qui me plait bcp! Et je suis contente que mes articles soient encore lus et utiles… Je ne suis pas très active sur mon blog en ce moment mais cela reviendra des que possible 😉 en tout cas la randonnée m’a tjrs attiré donc je suivrai ton blog avec grand plaisir!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s